Les bleus de l’orage

ou Dessine moi un mutant (titre provisoire)

ÉQUIPE & SOUTIENS

Écriture & mise en scène Line Guellati
Avec Marion Lory, Amélie Lemonnier et AntojO Otero
Création Lumière Octavie Piéron
Création Son (en cours)
Scénographie Caribaï
Collaboration scénographie / Costumes et masques (en cours)

Porté par le Darouri Express / Soutiens La Charge du Rhinocéros (intérêt pour la diffusion), FWB (aide à la recherche), La Curieuse Résidence 2019 – Festival Voix de Femmes, La Roseraie, LookIN’OUT, Ad Libitum, La Fabrique de Théâtre, Studios de Virecourt-Compagnie MAPS, CED, Maison des Cultures de Saint-Gilles / Remerciements L’Autre Lieu, Parhélie, Revers Asbl, Créahm-Bruxelles, Collectif Wow!

SUR LA CRÉATION

Quelle.s contre fiction.s pour représenter le trouble ?
Quelle.s dramaturgie.s pour mettre en scène et questionner la déréalisation ?

 « Mon frère est un poids pour la société car on ne sait pas où le ranger. Il ne produit rien. Pourtant il sait lire dans les atomes ! Il peut contourner des obstacles qui nous sont invisibles. Retracer au ralenti la chute d’un objet pour voir comment il est tombé. Fumer une cigarette entière en une seule inspiration. Dormir dehors sous n’importe quel climat. Raconter des blagues extraordinaires. Soigner la plaie ouverte de son tibias à l’air de la ville. Tendre l’atmosphère en 1 seconde et demi. Lancer des poèmes dissonants qui ressemblent aux distorsions du monde. Inventer des tubes meilleurs qu’à la radio. Il se fiche de ce que le monde attend de lui : il ne lit pas les modes d’emploi, il rit et respire fort et s’il s’emmerde avec toi alors il se lèvera sans rien te dire, il ira droit devant lui et il marchera (sans doute pieds nus car ses chaussures seront trop loin de ses mains). Il marchera droit comme un « i », même s’il est à 2 jours à pied de son lit »

Je prends au vol les paroles dites dissociées de mon frère diagnostiqué schizophrène. Je les prolonge. Je m’inspire de sa diffluence, faite d’images fortes, osées, inclassables. Avec ces « emprunts  au réel » j’invente une langue scénique qui enrichit mon imaginaire, une adresse se déploie au plateau, franche, légère, décalée, sur le fil. Comment mettre en scène sa dissociation en s’éloignant de la fascination, de la terreur et de la souffrance que cela peut générer ? Et si cette parole se déliait comme une nouvelle norme en scène ? Accorder du crédit aux « délires », sortir de nos peurs et de nos ignorances des perceptions autres. Et si la dissociation pouvait ne pas être vue comme une pathologie mais un outil pour percevoir d’autres informations du monde, un outil pour se réparer des traumatismes issus d’héritages familiaux, culturels, historiques. Et dans ce cas, qu’est-ce qui est pathologique, ou qu’est-ce qui ne l’est pas ?
Si 1 belge sur 100 souffre de schizophrénie, 1 sur 3 a été confronté à des troubles mentaux durant sa vie, il est temps alors de repenser nos relations à ces troubles et à ceux qui en souffrent. Cette recherche est une rencontre entre plusieurs réalités qui questionne la réalité même.

(Line Guellati)

L’écriture en cours explore un langage scénique qui s’invente au départ de paroles rapportées de mon frère, celles issues de nos rencontres et immersions dans des lieux en Belgique qui accompagnent les personnes dites psychotiques : L’Autre lieu, et Parhélie à Bruxelles, Revers à Liège etc … Ainsi que des explorations diverses notamment les recherches de Corinne Sombrun, première française à être reconnue chamane en Mongolie et qui grâce à son expérience dans la pratique de la transe et de sa capacité à l’induire par la seule volonté, collabore avec des chercheurs dans le but de comprendre les mécanismes cérébraux liés aux états de transe. Ces explorations ont initié de nouveaux protocoles de recherches (CHU de Liège) et la création du TranceScience Research Institute, un réseau international de chercheurs investis dans l’étude des mécanismes et des applications thérapeutiques liés à ce potentiel, désormais appelé « Transe cognitve ».

Avec cette création nous tentons de déconstruire les regards et les visions que nous avons de la maladie et du diagnostic. De décloisonner nos imaginaires en élargissant nos perceptions. Cette recherche est une rencontre. Entre plusieurs réalités. Qui questionne la réalité même.

CALENDRIER

2019
> Le 18 octobre 2019  – Festival Voix de femmes – La Halte Rue de la Casquette 4, 4000 Liège.
Le 19 octobre 2019 – Carte blanche thématique – Festival Voix de femme – La Halte Rue de la Casquette 4, 4000 Liège.
> Le 28 novembre 2019 – Festival LookIN’OUT – BAMP Avenue Sleeckx 37, 1030 Schaerbeek.
2020
> Le 28 mai 2020 à 20h30 – La Fabrique de Théâtre – Rue de l’Industrie 128, 7080 Bouverie.
 
2021-2022
> Création

PRESSE

ARTICLE DE 4000

Rédaction : Cécile Botton illustrations : Anaïse Lafontaine
Photos : Albane Rodrigues