J’ai les bleus de l’orage

©Line Guellati

ÉQUIPE & SOUTIENS

Écriture & mise en scène Line Guellati  / Assistanat mise en scène Violette Pallaro / Jeu Marion Lory  Amélie Lemonnier, TheMany (AntojO Otero), Line Guellati / Création Lumière Octavie Piéron / Création Son Alice Hebborn / Scénographie, costumes, masques Nathalie Maufroy / Artiste Peintre Caribaï / Chorégraphie Fatou Traoré

Porté par Le Darouri Express Collectif
Diffusion La Charge du Rhinocéros

Soutiens avec l’aide de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Service Général de la Création Artistique – Direction du Théâtre, L’association Beaumarchais-SACD, La Charge du Rhinocéros, La Vénerie, La Curieuse Résidence 2019 – Festival Voix de Femmes, La Roseraie, La Maison des Cultures de Saint-Gilles, La Fabrique de Théâtre, le LookIN’OUT, Ad Libitum, les Studios de Virecourt / Compagnie MAPS, le CED. Remerciements L’Autre Lieu, Parhélie, Revers Asbl, Créahm-Bruxelles, Collectif Wow!

En CRÉATION

ÉLANE
On m’a dit que je viens de la terre mais, j’ai quand même des doutes. J’ai les bleus de l’orage. Les bleus, les jaunes, les fauves. Parfois, je voudrais être un steak de coquillage. Ah non merde ! J’ai du respect pour les coquillages.
(extrait du texte)

 

« Mon frère sait lire dans les atomes ! Contourner des obstacles qui nous sont invisibles. Retracer au ralenti la chute d’un objet pour voir comment il est tombé. Fumer une cigarette entière en une seule inspiration. Dormir dehors sous n’importe quel climat. Raconter des blagues extra-ordinaires. Tendre ou détendre l’atmosphère en 1 seconde et demie. Inventer des tubes meilleurs qu’à la radio. Il se fiche de ce que le monde attend de lui : il rit et respire fort et s’il s’emmerde avec toi, alors il se lèvera sans rien te dire, il ira droit devant lui et il marchera (sans doute pieds nus car ses chaussures seront trop loin de ses mains). Il marchera droit comme un « i », même s’il est à 2 jours à pied de son lit ».      

J’ai les Bleus de l’Orage explore un langage scénique et une dramaturgie qui s’inventent et se nourrissent des paroles de mon frère, de ma famille, de situations intimes vécues, d’autres témoignages de personnes concernées, ainsi que des explorations, immersions et rencontres auprès d’intervenant.e.s et membres de différents lieux en Belgique spécialisés en « santé mentale » : L’Autre lieu, et Parhélie à Bruxelles, Revers à Liège etc. Avec ces emprunts au réel, une écriture poétique se déploie, franche, singulière, faite d’images fortes et osées. Ce spectacle tente de remettre en question nos rapports aux cadres fournis par notre société, aux rôles assignés aux différents individus qui font la communauté, questionne la place que nous donnons aux personnes qui vivent sans rien « produire », cherche à donner accès à des perceptions du réel autres que celles relevant de la « normalité ». Il interroge les systèmes de soin psychiatriques conventionnels axés principalement sur la médication, l’absence de perspectives d’avenir et de moyens alloués à la prise en charge des malades, le poids des lobbys pharmaceutiques.

Élane représente ceux et celles qui subissent les conséquences d’une Histoire de la médecine qui classe les personnes neuroatypiques dans la catégorie des « anormaux », des êtres à « traiter » ou à « stabiliser ». 1 belge sur 100 souffre des schizophrénies, 1 personne sur 3 a été confrontée à des troubles mentaux durant sa vie. Il me paraît urgent de repenser nos relations à ces troubles et à ceux et celles qui en souffrent, et chercher à comprendre ce qu’implique le diagnostic sur une vie.

Avec cette création nous tentons de déconstruire les regards et les visions que nous avons de la maladie et du diagnostic. De décloisonner nos imaginaires en élargissant nos perceptions. Cette recherche est une rencontre. Entre plusieurs réalités. Qui questionne la réalité même.

Le spectacle s’adresse à toustes, à partir de 16 ans.

La santé (au sens général mais ici dite mentale), la manière dont nous l’abordons, sa prise en charge par les pouvoirs publics, et ce qu’elle recouvre en termes de diversité de perceptions concerne l’ensemble de la population, d’autant plus en cette période que nous traversons, qui bouleverse nos vies et qui secoue entre autres notre rapport à l’équilibre psychique.

 

CALENDRIER

2019
> Le 18 octobre – Festival Voix de femmes – La Halte Rue de la Casquette 4, 4000 Liège.
> Le 19 octobre – Carte blanche thématique – Festival Voix de femme – La Halte Rue de la Casquette 4, 4000 Liège – Restitution publique d’une étape de travail et expositions des oeuvres des membres de Revers Asbl et des artistes du Créham-Bruxelles, ateliers avec l’Autre « lieu », « agora » avec le public, diffusion de capsules sonores des intervenants de Parhélie.
> Le 28 novembre  – Festival LookIN’OUT – BAMP Avenue Sleeckx 37, 1030 Schaerbeek.

2020
> Les 19 et 20 novembre – Étape de travail à la Maison des Cultures de Saint-Gilles dans le cadre du Festival Extatic.

2021
> Le 18 mars – Présentation d’étape de travail à La Fabrique de Théâtre – Rue de l’Industrie 128, 7080 Bouveries.
> 13 et 15 septembre – Présentation d’étape de travail au Festival Factory.

> Juin/Juillet 2023 – Création à la Vénerie et au Manège de Liège

> 2023/2025 – Exploitation

PRESSE & EXTRAS

ARTICLE DE 4000 Rédaction Cécile Botton / Illustrations Anaïse Lafontaine /
Photos  Albane Rodrigues

CAPSULE SONORE  Proposition sonore réalisée dans le cadre des « résidences confinées » de la Fabrique de Théâtre 2020.  Texte écrit et lu par Line Guellati avec Marion Lory / Montage  TheMany (AntojO Otero) / Récoltes et prises de son  Amélie Lemonnier, Line Guellati, Marion Lory