Note d’intention

Olympe de Gouges, les Marie Mineur en Wallonie, Penthésilée, Shéhérazade, Thelma et Louise, «Les Simones» (Simone de Beauvoir, Simone Weil, Simone, Iff, Nina Simone)… toutes ces femmes présentes dans le spectacle ont contribué, de près ou de loin, à ce que nous sommes aujourd’hui.

C’est un hommage empreint de vivacité et d’humour que nous voulons leur rendre sur scène, afin que leurs actes ne restent jamais lettre morte.

La plupart des jeunes de notre génération ont été élevés dans l’illusion qu’une femme pouvait aspirer à la même liberté qu’un homme. Le mythe de « l’égalité déjà-là » voudrait que, depuis la légalisation de l’I.V.G et l’accès à la pilule contraceptive, plus aucun combat ne serait à mener.

Or, le cliché de la petite fille en rose et du garçon et ses petites voitures sont encore, et de plus en plus, présents. On continue de dire aux jeunes filles : « Tu peux pas faire ça, t’es une fille !» ou dire aux garçons « Tu ne peux pas faire ça, c’est un truc de fille! ». Les jouets, les médias et les histoires assignent encore aux filles et aux garçons des rôles sexués stéréotypés.

Pourquoi avons-nous découvert si tard les luttes de nos aînées, et qui plus est sans le concours ni de l’école ni des médias ? Les récits des femmes dans l’Histoire ne peuplent que trop peu nos imaginaires. Nous pensons qu’il est nécessaire pour les filles et les garçons de connaître des individus et des groupes féminins engagés, d’hier et d’aujourd’hui, afin de déconstruire les stéréotypes de ce que « doit » être une femme et de ce que « doit » être un homme.

Le chemin parcouru par nos aînées mérite d’être connu par un large public. Nous sublimerons ces histoires sur le plateau de théâtre en les revivant avec fougue, en les chantant, portées par la force visuelle du motion comic et celle d’une création sonore délirante.